ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    

ASSOCIATION ARBRE SOURCE DE VIE DU TOGO
 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

  
 

Projet

Projet de Sensibilisation de Formation et d’Education des Populations des Villages de LAVIE et de KPIME SEVA sur la Prévention et la Lutte contre le SIDA
 
 
 
 
Préambule
 
 
Selon le dernier rapport de l’OMS et l’ONU-SIDA, on note à la fin de l’année 2002 près de 42.000.000 de personnes porteuses du VIH, 3.000.000 de décès dus au SIDA dans le monde.  
En Afrique on a 29.400.000 personnes porteuses du virus du Sida et près de 2.400.000 de décès sont dus au SIDA. 
 
Au Togo, depuis l’apparition des premiers cas de SIDA en 1987, l’épidémie ne cesse de prendre de plus en plus d’ampleur. Elle croît à un rythme inquiétant en emportant des milliers de vies, sapant ainsi la sécurité sociale et économique des communautés. Pour l’année 2001, 1193 cas de SIDA ont été notifiés ce qui porte à 13.705 le nombre de cas de SIDA déclaré entre 1987 et 2001. Selon les projections de l’ONU-SIDA en 2001 au Togo, le nombre de PVVIH serait de 160.000, le nombre des orphelins du SIDA atteindrait 60.000 et la séroprévalence est estimée à 6%. 
 
Introduction
 
 
Malgré la relative pauvreté de ses ressources halieutiques, on estime que le secteur emploie 15.000 agriculteurs et éleveurs. Soit l’on accepte un nombre de dépendants par famille de sept (07), le secteur génère un revenu qui permet de faire vivre environ 180.000 personnes .Il faut cependant reconnaître que la majorité des agriculteurs et éleveurs sont des allochtones et analphabètes. 
Dans le secteur agriculture et élevage au Togo, les hommes et femmes jouent un rôle très essentiel. On estime que 80% des captures sont consommés sous forme des produits transformés par elles. Le semage constitue la part la plus importante (60%). 
Or ces femmes sont laissées pour compte car aujourd’hui associer étroitement ces femmes au développement, est un impératif de justice sociale ; C’est aussi fondamentale, si on veut réduire le taux de pauvreté. 
Partout dans le monde, donner une large place aux femmes dans la société contribue à la croissance économique, et améliore la survie des enfants et la santé de l’ensemble de la famille, et réduit la fécondité, ce qui freine les taux d’accroissement démographique. 
En bref, investir pour la promotion de la femme est au cœur d’un développement durable. 
Partout alors ces avantages sont bien connus de nombreux obstacles continuent d’empêcher les femmes de contribuer au développement et d’en bénéficier. Tout d’abord on investit relativement peu dans l’éducation et la santé féminine ; ensuite les femmes ont officiellement accès aux services et aux apports et la situation est aggravée par les contraintes juridiques et réglementaires qui pèsent sur les opportunités. 
 
 
 
 

  
(c) ASSOCIATION ARBRE SOURCE DE VIE AU TOGO - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le
10.10.2005 - Déjà 4011 visites sur ce site!